OpenAI attaquée par des écrivains, la question des droits d'auteur en jeu

Temps de lecture : 2 minutes environ

·

Publié le 11 septembre 2023

·

Par Julie Julie

Un fait peu commun a récemment secoué la scène techno-judiciaire. Des plumes de renom des États-Unis, incluant l'écrivain honoré du prix Pulitzer, Michael Chabon, ont poursuivi en justice OpenAI, soutenu par le géant de la technologie Microsoft. Leur dernier chef-d'œuvre technologique, le chatbot ChatGPT, habilement conçu avec une touche d'intelligence artificielle, est au centre de cette dispute. Il semblerait que le chatbot ait un peu trop profité des œuvres littéraires de ces auteurs, tiens donc !

OpenAI attaquée par des écrivains, la question des droits d'auteur en jeu

À l'assaut d'OpenAI

Confronté au tribunal fédéral de San Francisco, le programme ChatGPT doit répondre d'accusations d'utilisation inappropriée des écrits d'auteurs américains. Les traîtres à la cause ? Le dramaturge David Henry Hwang, les auteurs Matthew Klam, Rachel Louise Snyder, Ayelet Waldman et le célèbre Chabon, bien sûr. Le pull d'anguilles est tiré : OpenAI aurait copié leurs œuvres sans autorisation pour former leur chatbot à communiquer avec les utilisateurs. Une méthode quelque peu osée, vous ne trouvez pas ?

Un combat pour les droits d'auteur

Ce combat pour la sauvegarde des droits d'auteur n'a rien d'étonnant quand on connaît le géant technologique derrière ChatGPT, Microsoft. Ce n'est pas la première fois qu'OpenAI et Microsoft sont dans le viseur des auteurs pour violation présumée des droits d'auteur. La formation des IA au cœur du scandale, a déjà incité d'autres entreprises tels que Meta Platforms et Stability AI à être poursuivies pour l'utilisation du même mode opératoire. Ah ! La technologie, source inépuisable de litiges!

ChatGPT, la poule aux œufs d'or

Ces griefs judiciaires pourraient mettre une ombre au tableau du triomphe de ChatGPT, fier d'être devenue l'application la plus populaire au début de cette année. Avec une croissance fulgurante, elle a atteint 100 millions d'utilisateurs actifs mensuels en janvier, dépassant même l'application Thread de Meta. Le secret de cette réussite fulgurante ? Les œuvres, comme les livres, les pièces de théâtre et les articles, servent apparemment d'excellents matériaux d'entraînement. 

Trop, c'est comme pas assez !

Les auteurs, légitimement indignés, prétendent que leurs œuvres ont été inclus sans leur permission dans les données d'entraînement du ChatGPT. Certes, le chatbot est capable de résumer leurs œuvres avec précision et même de créer des textes qui imitent leur style. C'est fascinant, mais cela soulève des questions éthiques... et surtout légales. Selon certaines indiscrétions, le montant des dommages-intérêts, non précisé, pourrait être conséquent. Le dénouement de cette affaire promet d'être croustillant, surtout que les auteurs ont demandé une ordonnance bloquant les pratiques commerciales douteuses et déloyales d'OpenAI. On dirait bien que l'IA est un outil à double-tranchant !

Julie

Article écrit avec passion par Julie

Chez Maeko, je suis Julie, votre interprète des merveilles de l'IA générative. Décryptant ChatGPT et ses pairs, je transforme les codes complexes en récits passionnants. En dehors du numérique, la danse contemporaine est mon échappatoire, mon second langage.

Plus d'articles à lire

Newsletter

Recevez les prochains articles par email

1 email / semaine maximum, aucun spam

ou abonnez-vous sur Google Actualités

Partager :